LE PETIT MONDE DE Robert noirhomme Il m’a été souvent demandé comment m’est venue l’idée de santons wallons. La réponse n’est pas simple. Ce fut la conjonction de plusieurs facteurs qui leur donna naissance. Prenez donc un ardennais passionné de « walloneries », mais attiré par cet art populaire qu’était le santon provençal. Prêtez-lui des dons pour le dessin et un sens aigu de l’observation. Des souvenirs d’enfance dans un village ardennais, Malempré… L’envie de posséder sa crèche loin des banales figurines plastiques disponibles en magasin. Mélangez le tout et placez le personnage dans la cour du palais des princes-évêques où, depuis 1978, il modelait sur place des vieux et vieilles de chez nous . Et un soir, quasi plus de terre et quelques heures encore à prester. Il lui vint l’idée, pour tuer le temps de réaliser ses personnages en miniature. Le santon wallon était né et... aussitôt dérobé car les badauds les chipaient au fur et à mesure quasi tous ! Donc, ça pouvait plaire ? Et si on les réalisait en série ?
Vite dit ! Les premiers moules se révèlent catastrophiques. Beaucoup de plâtre gâché dans tous les sens du terme. Il ne reste plus qu’à faire de l’espionnage industriel au pays des santons. Direction la Provence pendant les vacances de 1980. Les santonniers débordent de gentillesse dès qu’ils sentent qu’on s’intéresse à leur art. Et les ficelles du métier d’apparaître : les clés de moulage, les rigoles de trop plein, la terre lisse que l’on estampe, le pinceau mouillé qui estompe les arêtes trop vives… Il n’y avait plus qu’à retrousser ses manches dans l’atelier du Moulin d’Ecdoval, maison natale de mon épouse ou je passais mes vacances en famille depuis notre mariage.
Des règles ? On va les inventer.... Le socle sera blanc puisque chez nous Noël, c’est la neige. La taille sera de 7,50 cm environ (Il y a des petites et grandes personnes n’est-ce pas ?) Un point d’honneur sera de donner à chaque personnage une tête bien à lui amenant une certaine humanité à chacun. On n’est pas aussi habile qu’un Carbonel mais on tente de compenser par des visages bien typés. Et c’est apprécié. La vierge sera couchée avec l’enfant Jésus dans les bras, emmaillotté à l’ancienne. Joseph, en sarrau, va se rendre utile. Il fera du feu près de Marie. Il faut être réaliste quand même! Vous en avez vu beaucoup de jeunes parents à genoux, mains jointes près de leur nouveau-né? Autre règle, les enfants, ça existe. Contrairement aux règlements régissant les santons provençaux où les enfants n’ont pas droit de cité à l’exception de « l’enfant guidant l’aveugle », ceux-ci vont faire leur apparition :l’acolyte, l’enfant à la luge, le vacher, l’écolier. Ils n’ont qu’à bien se tenir, Robert Noirhomme a été instituteur dans une autre vie… Dernière transgression des règles provençales, les santons s’obtiennent en plus de deux demi-moules. Chipoteries qui permettent d’obtenir des personnages plus déliés. Le marchand de glace et sa charrette s’obtiennent avec 11 moules !
LA WALLONIE EN SANTONS
Bienvenue Histoire Fabrication Mes santons La crèche Les animaux invités Les santons Un monde à part Les tirages spéciaux Un peu de wallon Prospectus Contact© Robert & Véronique Noirhomme - Blackman Editions 2018